Overblog Seguir este blog
Edit post Administration Create my blog

FRANCOFOLIES de Abel Carballiño

FRANCOFOLIES de Abel Carballiño

Le blog des mordus de France, de français, de francophonie... Para los locos por Francia, el francés, la francophonie...


Les Victoires de la Musique Française 2016: Palmarès.

Publicado por Abel Carballiño activado 14 Febrero 2016, 22:42pm

Etiquetas: #Musique, #Prix

Voici le nouveau trophée des Victoires de la Musique,  réalisé par Daum

Voici le nouveau trophée des Victoires de la Musique, réalisé par Daum

Nuevamente los premios de la música en Francia, Les Victoires de la Musique, nos permiten asomarnos a la música "qui cartonne en France" en este año, algunos conocidos, otros los descubrimos cada año... Una buena manera de enterarnos para los y las que vivimos lejos de Francia y queremos ofrecer , al menos de vez en cuando, a nuestros alumnos música francesa actual.

ARTISTE  MASCULIN :    VIANNEY

 

 

Faites le test, dites : «T’es où ? » et on vous répondra en chantant. Réduire Vianney Bureau à ce tube imparable serait bien réducteur puisqu’il est question d’un doué auteur-compositeur capable de capter l’immédiateté, la douceur ou la laideur des choses à la façon d’un Goldman parfois. Nommé l’an passé dans la catégorie «  Album révélation », avec son sourire tendre Vianney a vécu une intense année en 2015 : double disque d’or, prix Sacem Francis Lemarque (espoir auteur-compositeur) qu’il reçut, ému, des mains de Maxime Le Forestier comme pour un passage de témoin, prix RFM du parolier de l’année, sortie d’ « Idées Blanches » en Allemagne. Amoureux de l’amour, il sait embellir et mettre en musique les petites émotions qui vont avec, comme sur « Labello » où il décrit un baiser d’hiver sur les Champs-Elysées. L’an passé la cérémonie avait lieu le jour de son  anniversaire, cette année ce sera la veille…. Ca reste un joli cadeau d’être là.

 

 

 

 

ARTISTE  FEMININE :  YAEL  NAÏM

 

 

 

Vendredi 27 novembre 2015, aux côtés de Nolwenn Leroy et de Camelia Jordana, Yael Naim chantait « Quand on n’a que l’amour » dans la cour des Invalides. Pour la lauréate de la Victoire de l’artiste féminine en 2011, ce fut sans doute un des moments les plus forts de sa carrière. Celle qui est la marraine de Solidarité Sida ou qui est capable de laisser les  clés de son studio d’enregistrement à un groupe inconnu respire la bienveillance et l’attention. Valeurs qui se retrouvent dans sa musique à la fois légère et profonde qu’elle crée et imagine accompagnée de David Donatien.  Sur « Older » paru cette année, tous les deux sont « transformés » en hibou, « animal qui malgré l’obscurité et les périodes difficiles garde la vue et la conscience des choses ». Quand on l’écoute sur scène ou en disque on ne peut rien faire d’autre. Rares sont ceux qui parviennent à vous calmer et à vous faire rêver ainsi.

 

 

 

 

ALBUM RÉVÉLATION :   " CHAMBRE 12 " , de  LOUANE

 

 

 

C’est officiel avec 700 000 exemplaires, « Chambre 12 » est l’album le plus vendu en 2015. De Gaëtan Roussel qui lui écrit « Nos secrets » aux spectateurs de la « Famille Bélier » qui retrouvent sa version de « Je vole », tout le monde aime cette jeune fille pleine de vie, curieuse des autres. En plus de toutes ses qualités, elle a une voix qui touche, mi enfantine mi femme fatale. Patxi Garat montre ses talents d’auteur compositeur, Raphaël lui offre aussi un titre, Dan Black, le chanteur de The servant a réalisé cet album, tous ont créé un joli écrin Pop pour celle qui se fit connaître via The Voice. Peines de cœur, envie ou colère, avec honnêteté, elle sait être la voix de sa génération. Après le César du meilleur espoir féminin pour celle qui vient de commencer une tournée, 2016 sera peut-être l’année d’une Victoire. Ce pourrait être la première, ce ne sera pas la dernière car la belle Louane s’installe assurément pour un moment dans la variété française. 

 

 

 

 

RÉVÉLATION SCÈNE :  HYPHEN  HYPHEN

 

 

 

Cela peut se révéler «dangereux » de traîner en backstage d’un concert des niçois de Hyphen Hyphen, en effet, armés d’un marqueur épais ils vous redécorent le visage en moins de temps qu’il n’en faut pour que Madonna donne une fessée. Santa, Adam, Line, Zaccharie se connaissent depuis le lycée, ces quatre dernières années ils ont écumé avec succès tremplins, concours et autres scènes ouvertes. Ils sautaient alors dans tous les sens, euphorie à fond les ballons. Signature, album,  les choses sérieuses commencent, or ils parviennent à rester aussi spontanés et libres, mais avec une ligne de conduite simple : devenir un groupe à tubes mondiaux. Ils peuvent compter sur Santa née de mère américaine à l’accent parfait et qui sait courir sur scène vers ses complices pour à la fois leur pomper de l’énergie et les mettre en valeur, car loin de bidouillage de studio ils  sont avant tout musiciens.  Dans leurs têtes, c’est certain ils savent déjà comment ils prendront d’assaut la scène du Stade de France. 

 

 

 

ALBUM DE CHANSONS: "  DE  L'AMOUR "  de  JOHNNY HALLYDAY

 

 

C’est le 50ème album de « notre » Johnny. Quand on sait que McCartney n’en a enregistré « que » 40 et les Rolling Stones seulement 22, on réalise la performance. Enregistré cet été en 10 jours entre Paris et Los Angeles c’est selon l’aveu même de l’intéressé l’un de ses plus intimes. C’est aussi depuis 1999 et « Sang pour sang » composé par David son fils, un album à compositeur unique  (Goldman ou Michel Berger avant lui). C’est Maxim Nucci/Yodelice qui travaille avec Johnny depuis l’album « Jamais seul » qui endosse ce rôle, à l’exception notable de « Des raisons d’espérer » que Johnny a composé. Dans « De l’amour » résolument blues, rock  parfois rockabilly, il avait aussi envie de traiter de sujets d’actualités. Ainsi une chanson écrite par Jeanne Cherhal parle de l’après Charlie, « Valise ou cercueil » de Pierre Jouishomme évoque le sort des migrants. Miossec, Vincent Delerm, Aurélie Saada (Brigitte), Pierre Dominique Burgaud (Le soldat rose) complètent le casting de celui qui poursuit la 183ème tournée de sa carrière.

 

 

 

 

ALBUM ROCK :  " MANDARINE "  , LES INNOCENTS

 

 

 

Quinze ans se sont écoulés entre « Les Innocents » et ce « Mandarine » qu’on espérait  depuis qu’on voyait jouer au gré de leurs envies JP Nataf et Jean-Christophe Urbain. Notamment un après-midi d’été aux Francofolies où, hilares devant une salle conquise, ils enquillaient leurs tubes avec lesquels on a tous grandi. Ecrit, composé, chanté et joué par le groupe qui est maintenant duo, on retrouve intacte la magie des chansons entre pop et folk. On retrouve ces deux voix amies qui s’harmonisent à merveille. On retrouve ces associations de mots qui étonnent et font rêver : « Love qui peut », les références de musiciens érudits « Harry Nilsson ». Cet album bref de 10 titres et de 38 minutes fait l’effet de recevoir une carte postale  de vieux amis partis vivre ailleurs, l’amitié domine toujours, on a tant à partager, à se raconter, à continuer à vivre. Ce cinquième album leur fera t’il recevoir une quatrième Victoire, réponse le 13 février.

 

 

 

 

ALBUM MUSIQUES URBAINES:  " FEU "  , NERKFEU

 

 

« Y a que quand j’ suis premier que je reste à ma place », le ton est donné dès le premier titre du premier album solo d’un des membres de 1995. Le grec de la banlieue de Nice  frappe fort et vite avec ce « Feu »  aux paroles à mi-chemin entre l’adolescence et l’âge adulte - il vient d’avoir 25 ans - où il n’hésite pas à se positionner (drogue, politique, enseignement). Sans posture, il cite  volontiers Tolstoï, Jack London ou encore Kundera, et niveau musique ses références sont à chercher du côté de Marley (album Survival), Lunatic, Shurik’n ou Fabe. Figure de style du rap, Nekfeu (fennec en verlan)  invite des guests, logique d’y trouver Nemir, ou Spri Noir, plaisir de découvrir Amber Simone ou de retrouver (sur la réédition) 1995, plus étonnant d’entendre Ed Sheeran pour qui pourtant Nekfeu avait fait un featuring sur le titre Sing. « Merci à toutes mes étincelles » peut-on lire dans cet album qui n’a pas fini de mettre le Feu.

 

 

 

 

 

ALBUM MUSIQUES DU MONDE :  " HOMELAND "

par HINDI ZAHRA

 

 

 

 

« Beautiful tango » a bientôt 1O ans, ce tube mondial figurait sur « Handmade ». S’il lui a ouvert toutes les portes, il aurait pu être aussi son boulet. Grâce à lui elle signa sur le label Blue Note, gagna le dernier prix Constantin, se vit déjà décerner une Victoire en 2011. Elle fit surtout plus de 400 concerts à travers le monde jusqu’à l’épuisement. En réaction à cette déferlante, là où beaucoup au mieux se seraient perdus, au pire se serait répété, elle choisit un sain isolement, dans son pays natal à Marrakech, au cœur de la Medina. C’est là où le bien nommé « Homeland » prît forme. Ce sont  les percussions de Rhani Krija venu d’Essaouira qui constituent le tapis de cet album chanté en anglais, berbère et français. Les influences du monde s’y entremêlent en toute quiétude (rythmes cubain, Gnaoui, espagnol). Dès la première écoute, un titre comme « Silence » où la voix se fait caressante et délicieusement troublée sonne déjà comme un classique intemporel, venu d’une habitante d’un monde moderne qui n’oublie  pas d’où elle vient.

 

 

 

 

CHANSON  ORIGINALE:  " SAPÉS COMME JAMAIS "

par  MAÎTRE  GIMS

 

 

 

Maître Gims partage avec Polnareff le port permanent de lunettes de soleil. S’il reste avant tout un rappeur, il est maintenant un artiste populaire de variété tout comme son aîné. En revanche il est bien plus prolixe : « Subliminal » paru en 2013 comportaient 18 titres,  « Mon cœur avait raison »  paru en août 2015 est  un double album avec 26 titres, divisés en deux parties distinctes, l’une plus légère et pop urbaine « Pilule bleue », l’autre plus sombre et rap pur « Pilule rouge ». « Sapés comme jamais» est extrait du côté Bleu de la matrice. Ce morceau rend hommage aux membres de la Société des ambianceurs et des personnes élégantes tout droit venus du Congo : S.A.P.E., d’où sapeur/sapés. Ce titre est un duo avec un autre congolais  Niska. Le propre frère de Gims, Dadju, chantait déjà : « Congolais de pure souche, j’suis un vantard prêt à vendre la raque-ba pour un costard ». Hymne ou clin d’œil à l’apparence, la vérité est double. Maître Gims lui est unique. 

 

 

 

 

Spectacle/Tournée / Concert:

CHRISTINE AND THE QUEENS, tournée des zeniths

 

 

 

Très active sur les réseaux sociaux, Héloïse Letissier parle ainsi de ses concerts « Mes chansons, nos sueurs et les enfants bizarres ». Elle commence aussi, ainsi  son message de bilan d’année intitulé  « Je n’avais pas ton adresse » sur Twitter : « Invitée sur des scènes de plus en plus grandes, jusqu’aux énormes vaisseaux des festivals. Les regards échangés juste avant le début du spectacle sont clairs : il faudra tenir la houle. Je m’y jette comme un marin inconscient, amoureux des eaux, parce que  je suis le chercheur d’écume, du danger qui réveille ». Poésie audace, tout est dit. Sa chaleur humaine elle l’a trouvé sur scène, elle qui écuma la France. Elle vécut aussi un joli détour aux States en première partie de Marina and the Diamonds. Avec des danses, des fleurs, des rires (beaucoup) et l’esprit de Michael, elle a soulevé les foules de ses petits bras musclés. Elle semble depuis 2013 entamer un never ending tour avec des dates déjà prévues à Londres en mars. Or pendant ce temps, elle écrit la suite puisque écrire est « le muscle le plus puissant ». Joie à l’horizon.

 

 

 

 

VIDÉO-CLIP : " CHRISTINE " 

de CHRISTINE  AND THE QUEENS

 

 

 

 

C’est elle qui détient la Victoire du vidéo-clip, avec le titre « Saint Claude » déjà réalisé par le Duo Jack composé de Julien Choquart et Camille Hirigoyen. « Christine » posté en décembre 2014 cumule plus de 20 millions de vues et dépasse ainsi celui de « Saint Claude ». 2015 aura marqué l’entrée de Christine and the Queens sur le marché américain où ce même morceau -mais tout en anglais- s’intitule « Tilted » et n’a pas bénéficié d’un clip. On y voit Héloïse Letissier danser entourée de trois danseurs qui apparaissent et disparaissent au gré de la musique. Une fois encore la chorégraphie signée Marion Motin, doucement saccadée, est originale et émouvante. « Saint Claude » était rouge, « Christine » est bleu, l’esthétique reste la même. La proximité des deux réalisations augmente encore l’aura de cette artiste essentielle qui dans un joli message sous forme de bilan de l’année adressé à tous souhaite : «Vœux de générosité et d’audace ». Message reçu.

 

 

Comentar este post

¡Somos sociales!

Ultimos Posts