Overblog Seguir este blog
Edit post Administration Create my blog

FRANCOFOLIES de Abel Carballiño

FRANCOFOLIES de Abel Carballiño

Le blog des mordus de France, de français, de francophonie... Para los locos por Francia, el francés, la francophonie...


Deux Molière à ne pas manquer

Publicado por Abel Carballiño activado 14 Junio 2010, 00:19am

Etiquetas: #spectacles

moliere.jpg

« Les Femmes savantes », revisitées par Arnaud Denis Crédits photo : Benoite FANTON/WikiSpectacle

Deux comédies mordantes sur le mariage sont reprises avec bonheur par des metteurs en scène inspirés.

Dans la floraison de pièces de Molière cette saison, deux reprises sortent largement du lot. D'abord, Les Femmes savantes, comédie grinçante de Molière (1672) revisitée par Arnaud Denis, un orfèvre du genre que l'on verrait bien un jour à la Comédie-Française. Philaminte, sa sœur Bélise et sa fille aînée, Armande, ne jurentque par « les beaux feux de la philosophie », personnalisés à leurs yeux par le poète Trissotin. En vérité, un être fat, superficiel et intéressé comme l'auteur sait les dessiner. Seuls le père, Chrysale, son frère, Ariste et la fille cadette, Henriette, savent ce qu'il en est. Un « bon » mariage est en jeu ainsi que le bonheur de Bélise. Le fondateur de la compagnie La Chimère, qui joue lui-même Trissotin, a offert à Jean-Laurent Cochet le rôle de Philaminte, un choix qui aurait réjoui Molière. Arnaud Denis a su tirer tout le sel de ce texte qui oppose le savoir aux réalités concrètes en y ajoutant une touche de modernité. Une distribution plus vraie que nature, un décor astucieux : un régal.

 

 


 

Il en est de même pour Le Mariage forcé (1664) mis en scène par un Pierre Pradinas inspiré avec la troupe de la Comédie-Française. Cette comédie ballet se penche également sur la question du mariage et de ses conventions, à travers le sort de Sganarelle, - prodigieux Bruno Raffaelli - bourgeois amoureux de la fille du seigneur Alcantor, Dorimène, trop belle pour être honnête. On rit, d'un rire grinçant, mais surtout on s'apitoie sur le malheureux bonhomme qui a la mauvaise idée de demander conseil à de faux savants. Là encore, Molière traite de vérités illusoires, de personnages « éhonteusement » trompés par d'habiles et vils menteurs. Peintre de l'âme, il ne se fait aucune illusion sur l'individu et ses motivations, mais dépasse le caractère cynique de ses propos pour demeurer généreux avec ses protagonistes.

Le mariage forcé, Studio Théâtre Carrousel du Louvre, 99, rue de Rivoli (I er ) jusqu'au 11 juillet.

Les femmes savantes, Petit Théâtre de Paris 15, rue Blanche, (IX e )  jusqu'au 11 juillet

(Le Figaro.fr)

Comentar este post

¡Somos sociales!

Ultimos Posts